Il y a des œuvres qui ne peuvent vraiment pas être appelées des objets. Elles sont de si parfaits miroirs, le sujet y est si présent, si accroché, il ne réussit pas à lâcher sa création, tant la maternité est forte, la membrane sensible. Le sujet se met dans tout, il est partout, il déborde, il se projette, envahit tout, à la manière de l'aliment blanc de Robert Malaval.

Les œuvres de François Decq, elles, peuvent être appelées des objets.

Par un acte paisible, il détache de lui-même des objets vraiment choses. En réel sujet, il s'extorque, selon les apparences, de réels solides objectifs. Il fonde légitimement, hors de lui-même, un complément d'objet qui l'assure d'être un vrai sujet. A distance suffisante.

Sans fioritures, sans grands mouvements. Paisiblement, lumineusement, comme sont, stables et cohérentes, les "machines" de François Decq.

Vrai sujet, l'humain le sera un jour, cela est inscrit sur la pente naturelle ascendante.
Ce qui est objet pratique, objet industriel, parfois méconnaissable, étranger, parfois ennemi, deviendra si intime variante de la main, du cerveau, si adéquat, qu'on ne le verra plus comme objet extérieur à nous-mêmes. L'industrie, ce sera le développement, la chimie, la catalyse, la galvanisation de l'homme, intérieur et extérieur réconciliés.

Pour parler de François Decq, il faut sans cesse passer du temps présent au temps futur. Ses objets sont des mutants, ils sont entre la presse hydraulique, la portière de Ferrari, et le corps immortel, synthétique, entre la poignée, les parties assemblées du fuselage, la trainée de kérosène, et les futurs états de conscience, translucides et impalpables comme des lasers.

Ils ne renvoient qu'à leur propre forme et densité, pour la joie d'être une "réalisation", obéissant à des lois et leur échappant, chacun avec son accomplissement personnel. Ils sont des objets chargés, des objets fétiches de l'an 3000, n'actualisant pas la mort ni l'envoûtement, mais l'envol et l'échappement.

Avida Ripolin 1986


Extrait du catalogue de l'exposition personnelle "De l'image à l'objet" 1985 Galerie Alexandre de la Salle

2001 > 2014

INFOGRAPHIES

Votre navigateur (Internet Explorer 8) est trop ancien pour vous permettre de visualiser notre site dans de bonnes conditions.

Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou d'installer
l'un des navigateurs internet GRATUITS suivant :
Firefox - Chrome - Safari - IE9

Confirmation...